Lieu de frontières et de culte

Tout le monde a un jour appris à l'école ou lu dans un livre de géographie que la Seine prenait sa source sur le plateau de Langres à 471 mètres d'altitude et que son cours était de 776 kilomètres. Ceci n'est pas faux mais n'est pas tout à fait vrai ! En effet, pour être plus précis, la Seine prend sa source sur le territoire d'une des plus petites communes de France, la commune de Source Seine.

Géographiquement, les sources de la Seine se situent à la frontière entre plusieurs territoires : l'Auxois et ses paysages verdoyants et vallonnés, le Châtillonnais et ses grandes plaines agricoles à la naissance du plateau de Langres, et enfin la montagne Dijonnaise à la naissance de la plaine de la Saône.

Hydrographiquement, les sources de la Seine sont à proximité immédiate de la ligne de partage des eaux entre le bassin parisien et le bassin du Rhône.

Historiquement, les sources de la Seine sont à la frontière entre les territoires des Eduens et des Lingons et même entre deux provinces romaines, les provinces de Lyonnaise et de Gaule-Belgique. Plus tard, les sources de la Seine seront à la frontière entre les abbayes de Saint-Pierre de Flavigny et de Saint-Seine. Encore aujourd'hui, les sources de la Seine sont à la frontière entre deux cantons, deux arrondissements...

Plus récemment, le prestige des sources fut l'occasion à quelques personnes de lancer des querelles de clocher à propos du lieu de naissance de la Seine. Mais rien à faire, la définition la plus simple et la plus juste pour les livres de géographie serait bien celle-ci : la Seine prend sa source en Côte-d'Or, sur la commune de Source Seine à 471 mètres d'altitude, son cours est de 776 kilomètres.

Les sources de la Seine sont un lieu frontière mais aussi un nœud ce qui explique sûrement l'importance de son sanctuaire. Daté entre le Ier siècle avant J.C. et le IVe après J.C., le sanctuaire des sources de la Seine était un lieu où l'on vénérait une divinité : la déesse SEQUANA. Des milliers de pèlerins y sont passés laissant sur place les milliers d'ex-voto découverts. La vénération d'une source est assez commune. L'eau est source de vie et les sanctuaires sont des lieux de vie. Il est naturel que ces lieux de vie s'établissent à des points d'eau. De grands sites thermaux étaient déjà fréquentés à l'époque gallo-romaine mais le site des sources de la Seine est assez particulier, son eau n'a aucune propriété thermale, elle ne soigne d'aucune maladie. Ce qui est vénéré aux sources de la Seine, c'est la salubrité de l'eau qui a un caractère bon pour l'Homme et une certaine part divine. Dans ce lieu, comme dans beaucoup d'autres lieux saints ou divins, c'est la foi qui soigne le pèlerin. Aujourd'hui encore, afin de perpétuer les traditions ancestrales, il est de coutume de jeter une pièce de monnaie dans la source et d'y formuler un vœu.

Situation géographique des sources de la Seine dans son shéma de mobilité antique