3 - Campagnes COROT

 

Suite à ses fouilles du XIXe siècle, M. Baudot conclut son rapport en pensant qu’il n’y a plus rien à trouver aux sources de la Seine. Tel n’est pas l’avis de ses contemporains. Les fouilles sont reprises en 1926 par Henry Corot suite à une visite du site en 1925 et une suggestion du docteur Epery.

 Déesse Sequana en bronze découverte en 1933

Très vite les fouilleurs découvrirent, avec l’ouverture de grandes tranchées d’exploration à travers le site, des vestiges non définis dans le rapport des fouilles de 1842.

De nombreux nouveaux objets furent dégagés, notamment en pierre et en bronze. Cette première campagne fit apparaître la nécessité de poursuivre les efforts aux sources de la Seine mais elle prit fin quelques semaines plus tard par manque de moyens.

Il fallut attendre 1932 pour que les fouilles reprennent. Huit campagnes successives furent ordonnées jusqu’en 1939.

Champs de fouilles en 1933 - CPA collection Renaut-Hoareau

Les objets découverts, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du site, confirmèrent l’importance du sanctuaire. Des objets dédicacés à la Déesse Sequana portant la formule votive : V.S.L.M. confirmèrent les certitudes de 1842.

Lors de la campagne de 1933, M. Corot mit à jour ce qu’il appela « le trésor des sources de la Seine ». Un ensemble de deux statuettes en bronze représentant la déesse Sequana sur une barque ainsi que la statue d’un faune.

Déesse Sequana en bronze

Au sud du temple défini en 1842, M. Corot dégagea un ensemble, de forme ellipsoïdale de quatre mètres cinquante sur trois mètres, traversé par une canalisation et par lequel on accédait grâce à deux marches. Cet édifice avait probablement été réhabilité car, au moment des fouilles, on pouvait voir un autre édifice rectangulaire borné par le bassin ellipsoïdal. Chose sûre, il y avait un aménagement autour d’une seconde source captée. Dans le fond du vallon, sur la rive gauche, M. Corot mit en évidence une grande esplanade bétonnée qu’il appela « piscine ».

M. Corot conclut ses fouilles en 1939 par ces mots : « Peut-être un jour prochain, si les fonds sont suffisants, la vidange de la grande piscine froide pourra-t-elle apporter de nouvelles données. » On verra plus tard que ce lieu renfermait effectivement un trésor unique.

Le frond de fouilles de Corot - CPA collection Renaut-Hoareau